Afin de promouvoir un usage raisonné des antibiotiques, l’OMS classifie les antibiotiques en 3 catégories

Le saviez-vous?
Afin de promouvoir un usage raisonné des antibiotiques, l’OMS classifie les antibiotiques en 3 catégories

Le bon usage des antibiotiques

Dans un souci de garantir la disponibilité des antibiotiques au moment voulu, de réduire le développement de bactéries résistantes et de préserver l’efficacité des antibiotiques de «dernier recours», les experts de l’OMS ont regroupé les antibiotiques en 3 catégories :

  1. ACCESS - accès indipensable

  2. WATCH - à utiliser avec précautions

  3. RESERVE - à utiliser en dernier recours

  • ACCESS: les antibiotiques auxquels l’ACCÈS est indispensable doivent être disponibles à tout moment comme traitement de 1er recours contre un large éventail d’infections courantes. Exemples: pénicilline, flucloxacilline, amoxicilline, amoxicilline-acide clavulanique, cefazoline, cefuroxime, amikacine, gentamicine, clindamycine, doxycycline, métronidazole, nitrofurantoine, sulfamethoxazole-trimethoprime.

  • WATCH: les antibiotiques à utiliser avec PRÉCAUTION sont recommandés comme traitement de première ou de deuxième intention contre un nombre limité d’infections. Exemples: les quinolones (ciproxine, levofloxacine, norfloxacine, moxifloxacine), les céphalosporine de 3ème génération (ceftriaxone, cefotaxime, ceftazidime), les macrolides (azythromycine, clarithromycine, erythromycine), les glycopeptides (teicoplanine, vancomycine), les pénicillines avec activité anti-Pseudomonas (pipéracilline-tazobactam), les carbapénèmes (ertapénème, imipénème-cilastatin, meropénème).

  • RESERVE: les antibiotiques à utiliser en DERNIER RECOURS sont considérées comme médicaments à n’utiliser que dans les situations les plus graves lorsque toutes les autres alternatives ont échoué, comme pour le traitement des infections engageant le pronostic vital causées par des bactéries multirésistantes. Exemples: l'aztreonam, les céphalosporines de 4 et 5ème génération (céfépime, ceftaroline, ceftobiprole, ceftolozane-tazobactam), les polymyxines (colistine), la fosfomycine injectable, le linézolide, la tigecycline, la daptomycine.

Source : OMS, communiqué de presse, 06.06.17, voir

Comments are disabled for this post.