Vers des durées d’antibiothérapies plus courtes!

Aides à la prescription
Vers des durées d’antibiothérapies plus courtes!

Dictées par la crainte de sous-traiter les patients et par la volonté de prévenir des potentielles récidives, les pratiques de prescription antibiotique ont longtemps été marquées par des durées de traitement prolongées, parfois au delà de la résolution des symptômes infectieux.

Ces habitudes contribuent à favoriser l'émergence de bactéries résistantes par pression de sélection (dans le site infecté et sur le microbiote intestinal) et augmentent les risques d'effets secondaires tels que les colites à Clostridium difficile.

Pour plusieurs infections, la non-infériorité de traitements antibiotiques plus courts a pu être démontrée par des études randomisées contrôlées. Leurs conclusions ont été résumées notamment dans un article paru début 2017 dans le journal JAMA Internal Medicine (voir) et dans une newsletter du groupe APUA (Alliance for Prudent Use of Antibiotics, voir). Ces études traitent d'infections rencontrées fréquemment dans la pratique médicale courante et soulignent le rôle clé d'un contrôle optimal du foyer de l'infection (drainage, résection) dans le succès thérapeutique et la possibilité de raccourcir les durées d'antibiothérapies.

A la lumière des données actuelles, nous recommandons les durées d'antibiothérapies suivantes pour les infections fréquemment rencontrées dans la pratique courante.

    Rappelons toutefois que ces recommandations sont des durées minimales et doivent être en tout temps confrontées  au contexte et à l'évolution clinique du patient!

    • Pneumonie communautaire chez patient immunocompétent, sans critères de sévérité (ie. nécessité de soins intensifs, ventilation mécanique, choc septique) : 5 jours (si absence de fièvre depuis > 48h)
    • Pneumonie nosocomiale chez patient immunocompétent, sans critères de sévérité (ie. nécessité de soins intensifs, ventilation mécanique, choc septique) : 7 jours
    • Pneumonie à Pseudomonas aeruginosa, S.aureus ou Legionella spp: 14 jours
    • Exacerbation de BPCO: 5 jours
    • Erysipèle, cellulite: 7 jours
    • Cholecystite aiguë simple: 5 jours (10 jours si cholangite)
    • Appendicite perforée: 5 jours
    • Diverticulite / colite segmentaire: 7 jours
    • Péritonite primaire (bactérienne spontanée): 7 jours
    • Péritonite secondaire: 7 jours
    • Cystite simple : 5 jours avec nitrofurantoïne, 1 jour avec fosfomycine, 3 jours avec co-trimoxazole
    • Pyélonéphrite simple : 7 jours avec ciprofloxacine, 14 jours avec une autre molécule
    • Prostatite aiguë: 14-21 jours

    Actuellement, plusieurs études sont en cours, notamment dans quelques hôpitaux suisses, pour démontrer l'efficacité de traitements plus courts pour les bactériémies à Gram négatif. L'une d'entre elles a été présentée à l'European Congress of Microbiology and Infectious Diseases en avril 2018, et conclut à la non-infériorité d'une antibiothérapie de 7 jours à la place de 14 jours chez les patient hémodynamniquement stables, non neutropéniques et présentant un foyer infectieux contrôlé (voir).

    Comments are disabled for this post.