Êtes-vous prêts à tester vos connaissances sur les antibiotiques? Répondez à toutes les questions, puis contrôlez vos réponses!

Quizz
Êtes-vous prêts à tester vos connaissances sur les antibiotiques? Répondez à toutes les questions, puis contrôlez vos réponses!

Concernant l'antibiorésistance en Suisse, quelle affirmation est vraie?

1 réponses

Pour l’heure, la Suisse est totalement épargnée par la problématique des résistances aux antibiotiques... néanmoins, il faut rester vigilant!

faux: La Suisse occupe une position intermédiaire sur le plan des résistances aux antibiotiques et est donc concernée par cette problématique.

Grâce à des efforts de surveillance et de mesures soutenues de contrôle de l’infection, l'incidence des MRSA a diminué sur les dix dernières années.

vrai: L'incidence du MRSA dans nos hôpitaux a été marquée par une tendance générale à la baisse sur la dernière décennie (proportion de MRSA parmi les S. aureus cliniques: 14% en 2004, 8% en 2017).

Une stratégie de lutte contre l’antibiorésistance a été déployée en Suisse en collaboration avec l’Office Fédéral de la Santé Publique et se focalise sur la médecine humaine.

faux: En 2013, le Conseil Fédéral a chargé les différents offices fédéraux de la santé publique, de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, de l’agriculture et de l’environnement d’élaborer une stratégie nationale conjointe contre la résistance aux antibiotiques (StAR). La stratégie ne cible pas uniquement le domaine de la médecine humaine.

Que peut-on dire à l’heure actuelle sur les prescriptions antibiotiques à l’hôpital ? Cochez les bonnes réponses.

2 réponses

Moins de 25% des patients hospitalisés en soins aigus somatiques sont traités par antibiotiques.

faux: En moyenne, 30% des patients hospitalisés en unités de soins somatiques aigus en Europe reçoivent des antibiotiques au cours de leur séjour.

Selon des données récentes, entre 30 et 50% des prescriptions antibiotiques peuvent être optimisées.

vrai: Selon les données retrouvées dans la littérature, jusqu’à 50% des presciptions antibiotiques peuvent être optimisées, notamment en ce qui concerne leurs indications, durées, spectres, posologies ou voies d’administration.

La durée des traitements antibiotiques peut souvent être raccourcie.

vrai: Bien que la littérature ait démontré l'efficacité de traitements plus courts, les antibiotiques sont encore très souvent prescrits pour des durées dépassant celles recommandées.

La grande visite hebdomadaires des patients hospitalisés, en présence des médecins cadres superviseurs, est le moment clé pour réévaluer les prescriptions antibiotiques.

faux: Si la visite hebdomadaire constitue un moment clé pour rediscuter des traitements, il est toutefois nécessaire de réévaluer les antibiotiques prescrits quotidiennement.

La consommation antibiotique dans les hôpitaux suisses est plus basse que celle des voisins européens.

faux: La consommation antibiotique en milieu hospitalier en Suisse est dans la médiane de la consommation européenne.

Comment intégrer la menace de l’antibiorésistance dans la pratique médicale et comment lutter contre cette problématique au quotidien? Cochez la réponse fausse!

1 réponses

En raison de la situation épidémiologique actuelle, commencer toujours par choisir un spectre antibiotique large.

vrai: Cette réponse est la réponse incorrecte: Il est en effet nécessaire de suivre les recommandations de l’hôpital, adaptées au contexte épidémiologique local et ne pas systématiquement choisir un antibiotique à large spectre si ce dernier ne se justifie pas, et ce afin de ne pas induire la sélection des germes résistants.

Adapter le traitement aux résultats microbiologiques dès que ceux-ci sont disponibles (48-72h).

faux: Cette proposition est correcte: Afin de pouvoir adapter et cibler au mieux le traitement antibiotique, il est important de documenter les germes pathogènes responsables de l'infection en effectuant des prélèvements adéquats avant de commencer le traitement antibiotique.

Se désinfecter les mains avec une solution hydro-alcoolique aux moments opportuns.

faux: Cette proposition est correcte: L’hygiène des mains par friction avec une solution hydro-alcoolique reste le geste fondamental pour prévenir la transmission de bactéries (notamment résistantes aux antibiotiques) d’un patient à l’autre.

Documenter dans le dossier médical les indications de l’antibiothérapie et définir une date d’arrêt estimée ou la date de la prochaine réévaluation.

faux: Cette proposition est correcte: Afin de garantir une transmission adéquate des informations et ne pas prolonger inutilement des traitements antibiotiques, la raison pour laquelle un antibiotique a été prescrit et la date d'arrêt/de la prochaine réévaluation doivent apparaître clairement dans le dossier médical du patient.

Quelles sont les infections pour lesquelles des études de non-infériorité de traitements plus courts ont démontré une efficacité équivalente aux durées habituellement appliquées?

3 réponses

Les pneumonies acquises en communauté

vrai: Chez l'adulte en bonne santé, traité à l'hôpital pour une pneumonie acquise en communtauté, 5 à 7 jours d'antibiothérapie sont suffisants si l'évolution clinique s'avère rapidement favorable.

Les infections de prothèses articulaires

faux: Il s'agit d'infections difficiles à traiter pour lesquelles des durées prolongées d'antibiothérapie doivent être envisagées.

Certaines infections intra-abdominales

vrai: Dans le cas de cholécystites simples ou d'appendicites perforées ou abcédées avec péritonite localisée, les antibiotiques peuvent être arrêtés après 5 jours sous condition d'un drainage correct du foyer infectieux et d'une évolution clinique favorable.

Les endocardites

faux: Les infections endovasculaires sont des infections difficiles à traiter et justifient des durées d'antibiothérapie de 4 à 6 semaines selon le contexte clinique et le germe pathogène.

Les pyélonéphrites

vrai: En l'absence d'obstruction ou d'abcès, la durée de traitement d'une pyélonéphrite est de 7 jours si une quinolone peut être prescite.

Parmi la liste ci-dessous, quel antibiotique faut-il privilégier pour traiter la cystite simple chez une femme enceinte?

1 réponses

La norfloxacine

faux: L’utilisation de quinolones durant la grossesse est contre-indiquée car grevée d’un risque de lésions des cartilages articulaires chez le foetus.

La fosfomycine orale

faux: On ne dispose que d'un nombre limité de données relatives à la sécurité chez la femme enceinte.

La ciprofloxacine

faux: L’utilisation de quinolones durant la grossesse est contre-indiquée car grevée d’un risque de lésions des cartilages articulaires chez le foetus.

L'amoxicilline-acide clavulanique

vrai: Il est néanmoins indiqué d'effectuer une culture d'urine et d'adapter l'antibiothérapie.

Quelles sont les questions à se poser au moment de la prescription d'un antibiotique ?

5 réponses

La présentation clinique est-elle compatible avec une infection bactérienne?

vrai: Ici, c'est l'indication à débuter des antibiotiques qui est questionnée. En effet, un état fébrile peut avoir différentes étiologies: non infectieuses (inflammatoires, oncologiques, médicamenteuses) ou infectieuses (virales, fongiques, parasitaires ou bactériennes). Seules les infections bactériennes se traitent par antibiotiques. De plus, il convient de distinguer une infection d'une colonisation bactérienne (pour exemple, un antibiotique n'est pas indiqué dans le cas d'une bactériurie asymptomatique en dehors de situations spécifiques, telles que la grossesse ou dans le cadre d'une intervention sur les voies urinaires).

Y a-t-il une urgence à débuter une antibiothérapie?

vrai: En dehors de situations menaçant le pronostic vital (sepsis, neutropénie fébrile ou suspicion de méningite bactérienne), l'antibiothérapie peut être différée de quelques heures ou jours, selon l'état clinique et si le foyer infectieux n'est pas clair, le temps de poursuivre les investigations.

Ai-je exploré la présence d’allergies à des antibiotiques et l’ai-je documentée?

vrai: La notion d'allergie à un antibiotique doit toujours être clarifiée par une anamnèse complète et au besoin, un avis allergologique (réalisation de tests cutanés).

Ai-je demandé des prélèvements microbiologiques selon le foyer d’infection suspecté?

vrai: L'identification des bactéries responsables de l'infection est un outil précieux pour éviter l'administration inutile d'antibiotiques à large spectre.

Puis-je déjà définir une durée presumée de traitement?

vrai: Aussi tôt que possible, il est recommandé d'établir à l'avance une durée presumée de traitement selon le type d'infection et la notifier dans le dossier médical, ceci afin d'éviter des jours de traitement non nécessaires.

Le spectre de l'antibiotique choisi est-il large, afin de couvrir la plupart des micro-organismes?

faux: Le spectre antibiotique doit être choisi selon le contexte clinique et les recommandations locales. Les antibiotiques à très larges spectres (ex: les carbapénèmes) doivent être réservés à des situations spécifiques.

Quels sont, dans la liste ci-dessous, les antibiotiques à adapter à la fonction rénale ?

3 réponses

la vancomycine

vrai: La vancomycine a en effet un faible Q0 (fraction extrarénale de la clairance totale), ce qui augmente le risque de survenue d’intoxications si l’ajustement des posologies n’est pas fait, déjà pour des atteintes rénales faibles à moyennes (suivi TDM si disponible).

le métronidazole

faux: Le métabolisme pour le métronidazole est essentiellement hépatique.

la clindamycine

faux: Le métabolisme pour la clindamycine est essentiellement hépatique.

la céfépime

vrai: La céfépime a en effet un faible Q0 (fraction extrarénale de la clairance totale), ce qui augmente le risque de survenue d’intoxications si l’ajustement des posologies n’est pas fait, déjà pour des atteintes rénales faibles à moyennes (suivi TDM si disponible).

la gentamicine

vrai: L'élimination des aminoglycosides est en majorité rénale et leur posologie doit être adaptée à la fonction rénale afin de prévenir la survenue d'une toxicité (ototoxicité, toxicité rénale essentiellement). Un suivi de taux résiduels est préconisé.

Quels sont les antibiotique présentant une bonne biodisponibilité orale et pour lesquels il n’y a pas de bénéfice à une administration intraveineuse (en dehors d'atteinte de l'absorption digestive)?

4 réponses

le métronidazole

vrai

la clindamycine

vrai

la doxycyline

vrai

le céfuroxime

faux

la ciprofloxacine et autres quinolones

vrai

Que faire face à un patient se présentant avec une notion d'allergie à la pénicilline?

3 réponses

Documenter l'allergie dans le dossier médical et dans les documents de sortie

vrai: Une réaction allergique à un antibiotique peut être une menace vitale et doit figurer très lisiblement dans le dossier médical.

Questionner le patient au sujet de la réaction allergique

vrai: L'allergie à la pénicilline est très souvent surestimée et un certain nombre de patients confondent des effets secondaires tels que des diarrhées, avec des réactions allergiques. D'autres peuvent se désensibiliser après plusieurs années. L'anamnèse doit dans tous les cas rechercher le type de réaction (immédiate ou retardée), la sévérité (réaction de stade I à IV) et la date de survenue (plus ou moins 10 ans).

Adresser le patient à une consultation allergologique

vrai: En cas de doute, le patient devrait être adressé à un spécialiste immuno-allergologue pour effectuer des tests cutanés et confirmer ou infirmer l'allergie. Dans l'idéal, le séjour hospitalier constitue une bonne opportunité pour réaliser des tests cutanés. Si ces derniers ne sont pas immédiatement disponibles, le patient devrait être adressé à un spécialiste en ambulatoire.

Eviter à vie toutes les bétalactames

faux: L'éviction complète des bétalactames n'est indiquée que dans certains cas de réactions sévères. La stratégie de prise en charge dépend du type de réaction, de la sévérité, du timing, des résultats des tests cutanés et de l'avis d'un spécialiste.

Parmi les affirmations suivantes concernant les conditions nécessaires pour envisager un relai oral de l’antibiotique, lesquelles sont correctes?

3 réponses

L’absence d’une altération du transit digestif (vomissements, diarrhées) doit être vérifiée.

vrai: La biodisponibilité de l'antibiotique peut être altérée par des troubles de l'absorption digestive.

Il n’y a aucune infection qui ne puisse être traitée par voie orale si l’évolution est favorable.

faux: Certaines infections difficiles à traiter telles des infections endovasculaires ou osseuses nécessitent une durée minimale d'antibiotique iv (hautes doses).

Une évolution clinique favorable, incluant l'absence de fièvre depuis 24-48h, fait partie des conditions à remplir pour envisager la voie orale.

vrai: Néanmoins, pour certaines infections comme les pyélonéphrites, le relai oral peut être envisagé très rapidement, dès la 2ème dose, si l'antibiotique utilisé a une bonne disponibilité orale et pénétration tissulaire.

L'absence de foyer profond non contrôlé.

vrai: La persistance d'une charge bactérienne élevée (si abcès profond non drainé ou matériel prothétique infecté) constitue, de manière générale, une contre indication à un relai oral (concentrations antibiotiques plus faibles), du fait du risque d'inefficacité et de sélection de bactéries résistantes à l'antibiotique administré.

Quels antibiotiques sont le plus fréquemment associés à la survenue de colite à C.difficile

1 réponses

le co-trimoxazole et les macrolides

faux

le métronidazole et les aminoglycosides

faux

les fluoroquinolones, la clindamycine et les céphalosporines

vrai

la vancomycine et la rifampicine

faux

Quelle prise en charge considéreriez-vous chez une jeune patiente en bonne santé, présentant une pyélonéphrite à E. coli ESBL, résistant à tous les traitements oraux disponibles, sauf à la nitrofurantoïne.

1 réponses

Administration de nitrofurantoïne orale

faux: En raison de sa faible pénétration dans les tissus et de son faible taux sanguin, la nitrofurantoïne n'est pas recommandée pour le traitement de la pyélonéphrite.

Poursuite d’un traitement intraveineux hospitalier d’ertapénème pendant 14 jours

faux: Si l'utilisation d'ertapénème est correcte, il existe actuellement des modalités de traitement compatibles avec une prise en charge ambulatoire (antibiothérapie parentérale ambulatoire), afin d'éviter des durées d'hospitalisation prolongées.

Administration d’une dose d’ertapénème iv puis relai par nitrofurantoïne pour 14 jours

faux: La nitrofurantoïne n'est pas recommandée pour les infections urinaires hautes.

Prise en charge ambulatoire possible par un service d’antibiothérapie parentérale ambulatoire

vrai: Ce type de structure permet non seulement l'administration d'antibiotiques en ambulatoire par du personnel infirmier, mais également l'auto-administration par des pompes élastomériques, indiquée chez des patients compliant à de telles modalités.

Quelles sont les indications à la prescription de carbapénèmes?

2 réponses

En traitement empirique, les infections nosocomiales sévères (sepsis, choc septique)

vrai: En cas de menace du pronostic vital, le traitement empirique doit couvrir un spectre large de bactéries potentiellement responsables de l'infection cours. Néanmoins, la possibilité d'une désescalade doit être évaluée dès disponibilité des examens microbiologiques à 48-72 heures.

Tout patient immunosupprimé

faux: L'utilisation empirique de carbapénèmes chez l'immunosupprimé doit être réservée aux infections nosocomiales sévères ou lors d'une suspicion d'infection à bactéries ESBL.

Tout patient hospitalisé aux soins intensifs

faux: Bien que présentant un plus haut risque d'infections à germes résistants (équipement, exposition à des traitements antibiotiques), les patients hospitalisés aux soins intensifs ne doivent être traités par une carbapénème que lors d'infections sévères ou lors d'une suspicion d'infection à bactéries ESBL.

En traitement ciblé, les infections à enterobactéries productrices d’ESBL

vrai

Parmi ces effets secondaires, lequel n’est pas associé à l’administration de fluoroquinolones ?

1 réponses

Allongement du QTc

faux

Confusion

faux

Néphrotoxicité

faux

Ruptures tendineuses

faux

Névrite optique

vrai

Commentaires