Les céphalosporines de 3ème et 4ème générations

Fiches antibiotiques
Les céphalosporines de 3ème et 4ème générations

Parmi ce groupe, 4 antibiotiques (molécules) sont utilisés en Suisse:

Cefpodoxime (C3G)

(Podomexef® et génériques)

Ceftriaxone (C3G)

(Rocéphine® et génériques)

Ceftazidime (C3G)

(Fortam® et génériques)

Céfépime (C4G)

(Maxipime® et génériques)

Mode d'action: paroi cellulaire

Cette famille d’antibiotiques agit en inhibant la synthèse de la paroi cellulaire de la bactérie.

paroi cellulaire

Spectre

Les céphalosporines appartiennent à la famille des bêta-lactamines. Elles sont classées en 5 générations en fonction de leur spectre d’activité antibactérienne: C1G, C2G, C3G, C4G, C5G.

C3G : spectre large incluant les bactéries à Gram positif, les bactéries à Gram négatif et certains anaérobes.
La ceftazidime est moins active que les autres C3G sur les bacilles à Gram négatif et les cocci à Gram positif. Elle a cependant une excellente action sur le Pseudomonas aeruginosa.

C4G : les C4G n’existent que sous forme injectable. Leur spectre est très large et inclue les bactéries à Gram positif, les bactéries à Gram négatif y compris le Pseudomonas aeruginosa et certains anaérobes.

Indications principales

- Les C3G sont utilisées en première intention pour les traitement de pneumonies, pyélonéphrites, cholécystites, etc.
- Les C4G sont réservées aux infections sévères (neutropénie fébrile, choc septique, nécessité de soins intermédiaires ou intensifs) ou à germes résistants.

Contre-indications principales

Ces antibiotiques ne doivent pas être utilisés lors de réactions d’hypersensibilité connue aux céphalosporines ou de réaction de type I à la pénicilline (avis immuno-allergologique).

Posologies habituelles chez l’adulte

Cefpodoxime : 100 à 200 mg 2x/j po
Ceftriaxone : 2 g 1x/j iv (2 g 2x/j iv pour les infections du SNC)
Ceftazidime : 2 g 3x/j iv
Céfépime : 2 g 2x/j iv (2 g 3x/j iv si choc septique, neutropénie fébrile)

Données pharmaco-cinétiques : métabolisme et élimination

Il s’agit d’antibiotiques « temps-dépendant », c'est-à-dire que leur efficacité dépend du temps de contact avec le germe. L’élimination est en majeure partie rénale. Après la 1ère dose qui est identique quelle que soit la fonction rénale (dose de charge), il convient donc d’adapter la posologie à la fonction rénale du patient.

Effets secondaires principaux

- Myélotoxicité : anémie, thrombocytopénie, leucopénie
- Elévation des transaminases, bilirubinémie (sludge biliaire)
- Encéphalopathie, convulsions avec la céfépime : une évaluation rigoureuse de la fonction rénale et un ajustement des posologies de céfépime est nécessaire déjà à des insuffisances modérées. La céfépime a en effet un faible Q0 (fraction extrarénale de la clairance totale), ce qui augmente le risque de survenue d’intoxications si l’ajustement des posologies n’est pas bien fait, déjà pour des atteintes rénales faibles à moyennes (suivi TDM si disponible).

Monitoring à prévoir

- FSS
- suivi de la fonction rénale et tests hépatiques

Interactions médicamenteuses (non exhaustif)

- Anticoagulants oraux (acénocoumarol, warfarine) : augmentation de l’INR
- Probénécide (augmentation des taux sériques de l’antibiotique)
- Vaccin contre la typhoïde vivant oral : diminution de l’effet

Résistances

Résistances naturelles

Certaines bactéries sont naturellement résistantes aux céphalosporines, comme les entérocoques par exemple.

Résistances acquises

Les résistances acquises peuvent découler de plusieurs processus tels que la présence d’une bétalactamase (AmpC, ESBL, ..), d’une modification de la PBP (Penicillin Binding Protein) ou d’un mécanisme d’efflux.

Commentaires