La pipéracilline-tazobactam

Fiches antibiotiques
La pipéracilline-tazobactam

Parmi ce groupe, 1 antibiotiques (molécules) sont utilisés en Suisse:

Piperacilline-tazobactam

(Tazobac® et génériques)

Mode d'action: paroi cellulaire

Cette famille d’antibiotiques agit en inhibant la synthèse de la paroi cellulaire de la bactérie.

paroi cellulaire

Spectre

Le spectre de cette association (uréidopénicilline + inhibiteur de bétalactamase) est très large et inclut les bactéries à Gram positif, les bactéries à Gram négatif (y compris le Pseudomonas aeruginosa) et les anaérobes.

Indications principales

La pipéracilline-tazobactam appartient à la famille des bêta-lactamines. Cet antibiotique n’existe que sous forme injectable et est réservé aux infections sévères (neutropénie fébrile, choc septique, nécessité de soins intermédiaires ou intensifs) ou à germes résistants.

Contre-indications principales

La pipéracilline-tazobactam ne doit pas être utilisé lors de réactions d’hypersensibilité connue à cet antibiotique ou de réaction de type I à la pénicilline.

Posologies habituelles chez l’adulte

4,5 g 3x/j iv

Données pharmaco-cinétiques : métabolisme et élimination

Il s’agit d’un antibiotique « temps-dépendant », c'est-à-dire que son efficacité dépend du temps de contact avec le germe. L’élimination est en majeure partie rénale.
Après la 1ère dose qui est identique quelle que soit la fonction rénale (dose de charge), il convient donc d’adapter la posologie à la fonction rénale du patient.
Attention : sa diffusion est insuffisante dans la prostate et le LCR : cet antibiotique ne doit pas être utilisé pour le traitement d’infections urinaires chez l’homme ni pour les méningites.

Effets secondaires principaux

- Myélotoxicité : anémie, thrombocytopénie, leucopénie
- Augmentation des transaminases, bilirubinémie (sludge biliaire)
- Forte charge en sel (cave : insuffisance cardiaque)

Monitoring à prévoir

- FSS
- Suivi de la fonction rénale et des tests hépatiques

Interactions médicamenteuses (non exhaustif)

- Allopurinol : augmentation du risque d’éruption cutanée
- Méthotrexate (doses élevées) : augmentation de la toxicité du méthotrexate
- Anticoagulants oraux (acénocoumarol, warfarine) : augmentation de l’INR
- Probénécide (augmentation des taux sériques de l’antibiotique)
- Vaccin contre la typhoïde vivant oral : diminution de l’effet

Résistances

Résistances naturelles

Certaines bactéries sont naturellement résistantes au pipéracilline-tazobactam : les bactéries intracellulaires (Legionella, Chlamydia, Mycoplasma) ou le C. difficile par exemple.

Résistances acquises

Les résistances acquises peuvent découler de plusieurs processus tels que la présence d’une bétalactamase (non inhibée par le tazobactam) telle que retrouvée chez les germes producteurs d’ESBL (selon CMI), ou encore la modification de la Penicillin Binding Protein (entraînant une diminution d’affinité de la cible) ou un mécanisme d’efflux.

Commentaires